2012 Rousseau retrouvé


Rousseau retrouvé 1. Performances avec tablettes numériques géolocalisées. Élèves du Collège Rousseau à Genève from TRANSPORTS on Vimeo.

Le projet expérimental et pédagogique : « Rousseau retrouvé », 2011-2012

Il s’agit de (re)donner une actualité aux textes de Rousseau, au sens de les rendre nos contemporains, mais aussi au sens de les actualiser en les faisant passer du virtuel à l’actuel. Nous insistons, dans cette expérience, sur les dimensions de mobilité et de mobilisation, sur son inscription comme présent actif possédant de fortes potentialités à la fois pour la remémoration et pour la prémonition.

Un dispositif et un protocole semblables peuvent être appliqués à des réalités et à des scénarios différents. Dans tous les cas, des textes sont contenus dans des tablettes numériques mobiles et peuvent s’afficher dans des conditions de comportement des utilisateur et aussi de de localisation précises, par le biais des divers capteurs des tablettes (accéléromètres, gyroscope, boussole) d’une géolocalisation GPS perfectionnée par d’autres systèmes de repérage (WiFI, GSM, etc.) et enfin par des systèmes de reconnaissance optique de formes et paterns.

Ces textes, lorsqu’ils s’affichent, sont lus à haute voix par les « performeurs » qui portent les tablettes numériques. Ces performances sont alors considérées comme actes artistiques à part entière, sont appréciés comme tels, mais font également l’objet de captations vidéo-sonores.

La restitution de ces enregistrements peut notamment avoir lieu sur des tablettes numériques identiques à celles des performances mais attachées à leurs lieux de captation et jouer alors sur eux de l’effet de « réalité augmentée » :

« Rousseau retrouvé » se réalise en coopération avec des élèves et des enseignants du Collège Rousseau à Genève dans le quartier Saint-Jean de Genève où de nombreuses rues portent les noms d’œuvres littéraires et philosophiques de Rousseau. Les plaques de rues sont comme des « couvertures de livres virtuels » inscrites dans le paysage, elles fonctionnent comme déclencheur de l’apparition des textes relatifs et de leur énonciation par les participants.

Instruments :
Tablettes numériques de type iPad 2. 
Routeurs Wi-Fi.
Caméras HD

Développement :
Dominique Cunin

Partenaires :
Collège Rousseau de Genève
Haute École d’Art et de Design-Genève, master Media-Design
Université Paris 8, laboratoire « Esthétique des nouveaux médias »
ENSAD, EnsadLab, Paris, programmes « Formes de la mobilité » et « Écrans mobiles et récit interactif »
Université des Beaux-Arts de Kyoto, Université Saga de Kyoto, départements nouveaux médias
Arte Créative

Avec le concours de l’Association Transport Paris

Sur une proposition de :
Jean-Louis Boissier
Avec Daniel Pinkas et Daniel Sciboz
Et le concours de Liliane Terrier

Ce projet s’inscrit dans la célébration par la Ville de Genève du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau : 2012 Rousseau pour tous.

Voir : http://www.ville-ge.ch/culture/rousseau/programme_passionne.html#promenades

REVUE DE PRESSE

Le Temps
INTERACTIVITÉ
Samedi 5 mai 2012

Des tablettes numériques sur les traces de Rousseau
Elisabeth Chardon

Le tricentenaire de l’écrivain donne l’occasion d’un projet pédagogique et artistique fécond à Genève
«Pour bien remplir le titre de ce recueil je l’aurais dû commencer il y a soixante ans: car ma vie entière n’a guère été qu’une longue rêverie divisée en chapitres par mes promenades de chaque jour. Je le commence aujourd’hui quoique tard parce qu’il ne me reste plus rien de mieux à faire en ce monde.» Vendredi après-midi, une collégienne, bien loin de ces préoccupations de vieillard, lisait ce début des Rêveries du promeneur solitaire à haute voix en marchant rue d’Ermenonville, une des neuf rues du quartier genevois de Saint-Jean qui porte un nom lié à Rousseau et à ses œuvres. Croisant quelques passants dubitatifs, elle le lisait à haute et claire voix et une autre jeune fille la regardait et l’écoutait à distance, sur une tablette.

Actualisation du texte
Cette scène étrange fait partie d’une expérience partagée entre des élèves du collège Rousseau et des étudiants de la Haute Ecole d’art et de design Genève (HEAD). Et elle dépasse clairement le gadget technologique. S’il est un auteur à lire en se promenant, c’est bien Rousseau, et l’échange ainsi constitué entre lecteur et auditeur est fécond, permettant une réelle appropriation, et donc une actualisation du texte. D’où le nom de ce projet pédagogique et artistique, Rousseau retrouvé. Jean-Louis Boissier, professeur à la HEAD et auteur, il y a quelques années, de l’installation et du CD-rom interactif Moments de Rousseau, en a élaboré le principe. Développé ces derniers mois dans les deux institutions, il prendra encore la forme d’un film basé sur des captations des expériences vécues ces jours à Saint-Jean.

Tablettes à disposition
Le public est invité à son tour à «performer» Rousseau ce samedi. Des tablettes programmées seront à disposition pour tenter l’expérience. Il suffira ensuite de se promener dans le quartier. Jean-Louis Boissier souligne la proximité des mots «mobile» et «mobilisation». Ainsi, à chaque plaque de rue (du Contrat-Social, d’Ermenonville, des Confessions…), une sonnette annonce un nouveau texte, dont quelqu’un va capter la lecture sur une autre tablette, à quelques mètres de là. Mais on peut aussi assister en simples promeneurs spectateurs à ces échanges. Et multiplier ainsi les saynètes. Cette forme de théâtralisation simple et active, dans la cité même, n’aurait sans doute pas été pour déplaire à l’auteur.

Rousseau retrouvé, Liveinyourhead, rue du Beulet 4, Genève. Sa 5 mai de 12h à 17h.